Une grossesse en Angleterre, partie 7


Angleterre / dimanche, juin 14th, 2020

Tu peux retrouver la partie 6 ici.

Nous y voilà ! Le dernier rendez-vous avec ma sage-femme de cette grossesse. En effet, si notre bébé ne pointe pas son nez d’ici là semaine prochaine, je serais déclenché. Et ça, ça se passe directement à la maternité.

Je me rends donc sous la pluie, après des semaines de beau temps, au cabinet. Comme d’habitude, j’ai sonné pour pouvoir entrer dans le bâtiment mais cette fois-ci on ne m’a pas demandé si j’avais (ou quelqu’un de mon foyer) des symptômes du Covid.

Alors que j’étais assise dans la salle d’attente, ma sage-femme est arrivée et m’a demandé avec un regard compatissant : « Toujours pas de signe de l’arrivée de bébé? »

Et non, toujours rien, si ce n’est quelques sensations de douleurs de règles avec le ventre dur, les fameuses contractions de pré-travail… bref, notre bébé n’est toujours pas décidé à venir au monde !


On commence le rendez-vous de façon habituelle : analyse d’urine, prise de tension, mesure de la hauteur utérine et palpation. Elle me demande si je souhaite effectué le décollement des membranes, je lui réponds en toute honnêteté que je ne sais pas et que j’aimerai avoir son avis. Maintenant que mon terme est dépassé, elle pense que ça vaut le coût d’essayer et que ça lui permettra aussi d’examiner mon col. Et oui, en 9 mois de grossesse ici je n’ai pas eu un seul toucher vaginal : merci l’Angleterre !

J’accepte donc et, après avoir été faire pipi (coucou le stress !), je retourne un peu tendue dans la salle d’examen. Il y a un rideau qui me permet de me déshabiller en toute intimité et un grand bout de « sopalin » (tu sais, celui qui recouvre les tables d’examen médicaux !) afin que je m’allonge et me couvre avec. Seulement après, ma sage-femme m’a rejoint. J’ai vraiment trouvé ça super, très respectueux et moins gênant que d’attendre les fesses à l’air.

Elle m’expliquait tout ce qu’elle faisait et j’ai été détendue très rapidement. Elle a senti que mon col était mou et dilaté de 1-2cm ce qui était encourageant ! Concernant le décollement des membranes, je n’ai quasi rien senti si ce n’est comme une crampe de règle. Elle a ensuite réécouté le cœur du bébé pour être sûr qu’il n’avait pas été dérangé par la manipulation.

Suite à cela, et une fois que j’étais rhabillée, ma sage-femme a appelé l’hôpital afin de fixer une date de déclenchement. Elle m’a demandé si je préférai rapidement ou non. Encore une fois, j’ai été très heureuse que l’on me demande mon avis !
Comme le bébé et moi allons bien, j’ai décidé de laisser une dernière chance à la nature en prévoyant le déclenchement le plus tard possible, c’est à dire douze jours après mon terme.

Et voilà, le rendez-vous est fixé. Il me suffira d’appeler la maternité le jour même afin qu’on me dise à quelle heure me présenter là-bas.

J’ai ensuite dit au revoir à ma sage-femme car à priori, je ne vais plus la revoir. Ça m’a quand même fait un petit quelque chose ! Elle a été si gentille et compréhensive de la française pas tout à fait bilingue que je suis. Je pense que je me souviendrais d’elle toute ma vie…

A deux jours du déclenchement, il semblerait que je ne vais pas y échapper ! La suite au prochain (et dernier) épisode.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *