Une grossesse en Angleterre, partie 3


Angleterre / dimanche, mars 8th, 2020

Tu peux retrouver la partie 2 ici

La première échographie s’est déroulée dans l’hôpital où j’accoucherai, c’est-à-dire le plus proche de chez nous. Quinze minutes à pied. Je me demande si je pourrais m’y rendre à pied entre deux contractions. 

Plus nous approchions de l’heure du rendez-vous, plus j’étais stressée.

Heureusement nous avons été, une nouvelle fois, bien accueilli. Tout d’abord à l’accueil où l’on nous a expliqué qu’après l’échographie, j’aurai une prise de sang puisque nous souhaitions connaître le risque de maladie génétique. Et ensuite par « l’echographe » ? La technicienne ? 

Comment ça s’appelle ce métier d’abord ?

Bref, la charmante femme qui s’est occupée de réaliser l’échographie. 

Elle m’a étalé un gel frais sur le bas du ventre puis a commencé à passer la sonde. Rapidement, on a vu apparaître ce mini-bébé qui bougeait les bras et les jambes. Ouf, il a des bras et des jambes ! Et une tête ! 

Il n’était pas placé idéalement pour prendre les mesures alors j’ai dû twerker sur la table d’examen, mon pantalon me descendant au milieu des fesses, le ventre à l’air. Ma dignité a quitté la pièce à ce moment-là, accompagnée par les rires de mon copain.

Tout ça pour qu’en plus, le bébé n’ait pas changé de position ! Même pas né qu’il n’en fait déjà qu’à sa tête.

Nous sommes donc retourné en salle d’attente avec pour consigne de boire et de marcher quelques minutes.

On était ravi de se dire qu’on allait avoir la chance de revoir notre bébé une deuxième fois !

De retour dans la salle d’examen, la technicienne a pu prendre toutes les mesures nécessaires et nous décrire tout ce qu’elle voyait. Plusieurs fois, même avec ses indications et la tête penchée à 90 degrés, j’avais du mal à comprendre ce que j’étais censé voir. Mais le principal était que tout allait bien.

Je suis ensuite allé dans une autre salle pour que l’on me fasse la prise de sang prévue en arrivant. 

Une autre victoire pour nous a été de nous en sortir dans ce milieu médical sans la présence de l’interprète !

Après avoir payé dix pounds, nous sommes reparti avec trois photos de notre bébé, fiers comme des bars-tabacs. A douze semaines, c’était déjà le plus beau bébé du monde. Et puis il bougeait dans tous les sens, signe d’une grande destinée !

Cet enfant n’était même pas né que j’étais déjà fière de montrer sa photo aux quelques personnes au courant de notre entourage… Et oui, comme nous rentrions à Noël en France, nous avions décidé d’attendre ce moment pour l’annoncer à notre famille et nos amis.

Quelques jours plus tard, j’ai reçu un courrier m’indiquant que notre enfant avait de faible chance d’être atteint d’une maladie génétique. En effet, on ne peut pas t’indiquer si oui ou non ton enfant est en « bonne santé » mais seulement te donner une probabilité que ce soit le cas. Ce qui est déjà très bien, tu vas me dire !

Le deuxième rendez-vous sage-femme

Mi-décembre, nous sommes retournés voir notre sage-femme. Ce rendez-vous a duré une quinzaine de minutes et il a surtout consisté à savoir si tout allait bien. Niveau examen, j’ai seulement eu une analyse d’urine et la prise de ma tension. 

Elle nous a expliqué que d’ici quelques semaines, je devrais commencer à ressentir les premiers mouvements du bébé et m’a remis un prospectus sur ces fameux mouvements (leur apparition, quand s’inquiéter si on ne les ressent pas…). 

Elle nous a aussi parlé de la seconde échographie qui se déroulerait en Janvier, celle où l’on vérifie le bon développement de chaque membre du corps. 

Pour le moment, il ne nous restait plus qu’à profiter de nos vacances et de la joie de partager la nouvelle avec nos proches !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *