Revoir les Disney en étant adulte, épisode 1.


Films / samedi, février 6th, 2021

Aaaah, les dessins-animés Disney ! L’innocence, le divertissement, les parents qui meurent,… euh pardon, je m’égare. Quoi que.

Enfant, j’ai été bercée par ces cassettes commençant par le joli château sur fond bleu. J’en garde de très bons souvenirs et j’avais hâte de les faire découvrir à Romy.

Et puis, il y a quelques semaines, Johan a eu une idée à laquelle j’ai tout de suite adhéré : regarder TOUS les Disney dans l’ordre chronologique.

On s’est dit que ce serait super de voir leur évolution au fil du temps et de découvrir ceux que nous n’avions jamais vu.

Hahahaha. Adieu innocence, bonjour enfance brisée.

Commençons tout de suite avec… Blanche-Neige et les septs nains (1938)

Mon historique avec ce dessin animé

Selon ma soeur, je regardais beaucoup Blanche-Neige quand j’étais petite. Selon moi, pas tant que ça, puisque la méchante me faisait clairement flipper. En tout cas, c’est un dessin-animé que nous avions à la maison et que j’avais déjà vu plus d’une fois.

Le départ de l’histoire

On rencontre la jeune et jolie princesse Blanche-Neige, complètement exploitée par sa tyrannique belle-mère. Cette dernière commence chaque jour sa morning routine en demandant à son miroir magique si elle est la plus belle du royaume.

Blanche-Neige, elle, chante. Beaucoup. Et tellement aigüe que la majeure partie du temps, on ne comprend pas vraiment ce qu’elle dit.

Un jour, un prince passe dans le coin et est complètement charmé par la voix de B-N (cette abréviation m’a fait rire, si jamais vous doutiez encore de la qualité de mon humour !). Il va donc escalader les murs et entrer TRANQUILLE dans la cour du château. Une question se pose : il n’y a donc pas de gardes ? Qu’est-ce donc que ce royaume ?

B-N, au début, elle a peur (tu m’étonnes !) et elle s’enfuit à l’intérieur du palais. Et puis finalement, elle réalise qu’il lui chante une chanson d’amour donc bon, elle lui fait des sourires et des clins d’oeil depuis le balcon.

Sauf que, bien sûr, ça plait pas des masses à la Queen tout ça. D’autant plus que son miroir lui annonce que c’est B-N la plus belle maintenant !

Elle prend donc le taureau par les cornes en demandant au chasseur de tuer B-N et, pour être sûr de bien traumatiser le pauvre homme, elle lui demande de ramener son coeur dans une jolie boîte.

Le début d’une nouvelle vie

B-N et le chasseur vont donc en balade mais au moment de commettre l’irréparable, le chasseur se dérobe et presse la princesse de s’enfuir. Ouf, enfin un peu de bonté !

Heureusement, elle va très vite se remettre de tout ça, puisque qu’à peine 5 minutes après la tentative d’assassinat, elle explique aux animaux de la forêt que toute cette histoire va lui permettre de prendre un nouveau départ dans la vie. En chanson bien sûr.

Elle va trouver une maison, qu’elle comprend être habitée. Blanche-Neige, elle a pas le time dans sa nouvelle vie alors qu’en après avoir toqué une fois, personne ne répond, elle entre quand même.

Non respect de la propriété d’autrui…Tu m’étonnes, qu’elle soit tombée amoureuse du prince.

Ensuite, on a plusieurs petits points qui ont titillé mon féminisme MAIS ce dessin animé datant de 1938, je ne m’attendais pas vraiment à autre chose.

Blanche-Neige (qui n’est pas chez elle, je le rappel) décide de proposer un tuto ménage et cuisine aux animaux.

De leur côté, après une journée à la mine, les nains eh oh eh oh rentrent du boulot.

Ils arrivent donc chez eux et manque de bol, ils se rendent compte que quelque chose cloche. S’en suit une scène longue comme la mort jusqu’à ce qu’il fasse la connaissance de B-N.

Elle se prend vite pour leur mère et leur dicte leur conduite CHEZ EUX. Il y en a qu’un qui râle, Grincheux, et il a bien raison!

S’en suit, un tuto lavage de mains (très utile en ce moment me direz-vous). En chanson bien sûr.

Puis, un tuto danse et musique de salon. En chanson bien sûr.

L’intrigue aurait pu être résolu bien plus vite sans toutes ses scènes ou, du moins, en les raccourcissant drastiquement.

Ah oui ! L’intrigue !

La méchante, apprenant que Blanche-Neige est toujours en vie, nous donne une bonne leçon de vie en prenant les choses en main : on n’est jamais mieux servi que par soi même.

En revanche, elle répète 8394 fois que Blanche-Neige mourra en croquant dans la pomme empoisonnée. Pour la subtilité, on repassera.

B-N, toujours aussi naïve, tombe dans le panneau de la Queen déguisée en sorcière/marchande de pomme ambulante. Un métier qui se perd…

Les nains, prévenus par les animaux, (les vrais héros de l’histoire si vous voulez mon avis !) poursuivent la Queen/sorcière et elle meurt en tombant d’une falaise.

The end ? Noooon, quand même, on veut de la joie !

Le prince, qui n’a rien foutu de l’histoire, débarque et se barre avec la princesse. En chanson bien sûr.

The end.

Du coup, on le montre aux enfants ou pas ?

Est-ce que j’ai hâte de le montrer à Romy ? Bof bof ! L’histoire n’a pas super bien vieillie même si côté esthétique, les dessins sont vraiment beaux. On a trouvé que Blanche-Neige avait des airs de Betty Boop et il y a un sens du détail assez incroyables, notamment dans les décors de la maison des 7 nains.

Blanche-Neige et les 7 nains n’arrivent donc pas en tête des Disney que l’on a envie de montrer à des enfants en 2021 !

  • Vous vous rappelez de Blanche-Neige ? Quel souvenir en avez-vous ?

Merci aux personnes ayant regardés des pubs sur ma page Tipeee le mois dernier !

Et merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout ! N’hésitez pas à en découvrir d’autres sur le blog et à me suivre sur Instagram (ici). Vous pouvez aussi aller faire un tour sur ma page Tipeee (ici) si le coeur vous en dit: vous pouvez regarder une petite pub gratuite la-bas pour me soutenir ou m’accordez un Tip.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  +  29  =  33