Jours 2 et 3


Angleterre / vendredi, juin 21st, 2019

La lumière a réussi à transpercer l’épais rideau et à me réveiller. Les oiseaux pépiaient allègrement et je me suis demandé si eux aussi chantaient différentes melodies selon leur pays.
Après tout, il n’y a pas de raison que seuls les hommes et les chèvres possèdent des accents. 
Oui, des chercheurs ont observés que les chèvres ne bêleraient pas de la même façon en Bretagne et en PACA. Tu te coucheras moins bête ce soir!

J’ai pris mes marques dans l’appartement, en essayant de faire abstraction du bruit des travaux qui l’envahit. En face de chez nous, un collège est en construction. Et quand je dis en face, je veux dire au pied de l’immeuble.
J’ai cru, par instant, que j’allais passer à travers la moquette tant les murs tremblaient.
J’ai aussi fait connaissance de ma charmante porte de salle de bain. Délicate et malicieuse, elle s’ouvre vers l’extérieur si elle n’est pas bien enclenchée dans le verrou. Bien sûr, j’ai remarqué cette particularité lorsque j’étais aux toilettes et que la rue était remplie d’ouvriers.
J’ai ainsi découvert que je suis souple comme une panthère lorsqu’il s’agit de dérober mon intimité à la vue de tous.

Plus tard, je suis sortie de chez moi. Oh pas très longtemps bien sûr, mes angoisses étaient  toujours présentes. C’était déjà mieux que rien et j’ai prévu d’explorer chaque jour un petit morceau en plus de mon nouveau territoire !
Après plusieurs minutes devant une route que je n’osais franchir, je me suis subtilement approché d’une passante à l’air sûre d’elle. Grand bien m’en a pris pusique quelques secondes plus tard, nous étions toutes deux, saines et sauves, de l’autre côté. Je me suis retenue de l’embrasser.

Le lendemain, après avoir écumé tous les sites sur l’expatriation afin de trouver un plan B, j’ai dû me résoudre à appeler l’équivalent de notre sécurité sociale. Si tu veux travailler ici, tu dois posséder un numéro de sécu. C’est aussi nécessaire pour l’accès aux soins. Logique.
Je ne remercierai jamais assez tous les blogs retranscrivant cet appel pour aider les pauvres âmes telles que moi.

Il faut savoir que, appart à ma famille et mes amis, je déteste téléphoner. Je suis prête à marcher trois heures pour prendre un rendez-vous plutôt que de passer un coup de fil.

Alors imagine mon état à ce moment précis : mains tremblantes, coeur palpitant, bouffées de chaleur. Ah et bien sûr, mon petit carnet rempli de tout ce que j’allais devoir dire. Même mon prénom et mon nom étaient noircis sur les pages. Au cas où.
A la première sonnerie, j’ai raccroché. Et puis la petite voix dans ma tête s’est écriée : « Allez la !! »

Sept minutes et trente huit secondes plus tard, parsemées de « Can you repeat please ? » et de rire nerveux, j’avais obtenu mon rendez-vous.

Fière comme un bar-tabac la nana.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *