J’arrête de fumer !


Non classé / lundi, mai 27th, 2019

Ça y est, après une rechute de plusieurs mois, j’ai décidé d’arrêter de fumer. Mais pour de bon cette fois. Pour de bon-de bon. Genre toute la vie.

C’est le genre de petites résolutions que tu prends le soir quand tu t’endors. Tu vois de quoi je parle? 

Les miennes tournent toujours autour de ma personne. Demain, j’arrête de fumer. Demain, je fais gaffe à ce que je mange. Demain, je vais courir.Sauf que jusqu’ici, ben j’ai plutôt pas réussi.

Parce que le matin quand je me lève, je ne sais pas où est passée ma résolution ! Je la cherche un peu partout mais impossible de mettre la main dessus. Mon cerveau me chante du Vianney (tu as la ref ?). Et je peux t’assurer que c’est pas ce que je veux pour commencer la journée.

Ne pas fumer? Borf, on verra plus tard. Peut être après la première cigarette du matin. Je l’aime trop celle-ci pour pouvoir arrêter avant de toute façon. C’est sûr que je peux VACHEMENT plus me passer de celle d’après repas. Oui c’est évident. Allez, une dernière dans l’aprem. Ah oui mais non, j’ai eu des clients qui m’ont stressée. Une autre. Bon ben apparemment c’est pas aujourd’hui que je vais arrêter donc autant y aller gaiement pour la soirée.

Ça, c’est ce qui se passe chaque jour depuis que j’ai repris.

Pour revenir un peu en arrière, j’avais arrêté de fumer le 17 Mars 2017. La date est marquée au fer rouge dans ma mémoire. Pas par fierté mais parce que quand j’ai appelé ma maman pour lui annoncer, elle était à l’hôpital. Neuf mois plus tard,  jour pour jour, elle nous quittait. Super façon de s’en rappeler, la vie est remplie de beaux hasards quand même hein ? (spoiler : borf, j’ai connu mieux !)

Bizarrement pendant cette période, j’ai réussi à me tenir à assez bonne distance du tabac. Pas par peur du cancer ou je ne sais quoi. Juste une sorte de motivation pour, très certainement, rendre ma maman fière de moi.Berthe (quoi ? Il y a un problème ?), ma cigarette électronique, m’a accompagnée jusqu’au mois de juin. Après plus besoin d’elle, ni de rien. Bon, quelques tafs en soirée les premiers temps mais rien de grave. Je les trouvais dégueulasses de toute façon. Limite, elles me rendaient malade. C’est sûr que comparé au goût « donuts pêche » de Berthe, le tabac c’était moins attractif. Ben oui, tant qu’à avoir une cigarette électronique, autant se lâcher sur les saveurs. Je prenais tous les trucs sucrés imaginables: beignet, cookie, caramel et plein d’autres dont je ne me rappelle plus. Bizarrement ça n’a même pas calmé mes envie de grignotage: SUPER MERCI BEAUCOUP HEIN ! (Je crie pas contre toi hein, plutôt contre la vie mal faite.)

Les mois ont passés. Je pouvais aller en soirée entourée de fumeurs. J’étais devenue la nana qui disait : « Franchement, ça me manque PAS DU TOUT. » Je rentrais chez moi, je sentais le tabac froid sur mes habits, dans mes cheveux. Je ne supportais plus cette odeur. 

Ce qui est fou c’est que j’ai cru pouvoir cacher mon tabagisme à mon copain les premiers mois de notre relation. Un chewing-gum au cassis avant de le rejoindre et hop, j’étais sûre qu’il ne se douterait de rien.Oui, j’étais aussi naïve. Et lui, bien sympa de pas me faire remarquer que je sentais aussi bon qu’un cendrier. 

Un an et demi ce sont donc passés sans rechute. Et puis cet hiver, en décembre, j’ai eu une période de moins bien. Enfin par « moins bien » j’entends « pire moment de ma vie moralement jusqu’à l’heure actuelle. » Le deuil, quelle belle période ! (Non)

Et d’un coup, j’ai eu envie de fumer. L’idée s’est insinuée dans mon cerveau et ne m’a plus quitté. Après une, voire deux semaines, avec ça en tête, en quasi permanence, j’ai fini au bureau de tabac. J’avais l’impression d’être une gamine qui faisait une bêtise. Limite à ne pas regarder le buraliste dans les yeux. J’étais sûre qu’il allait me crier dessus : « Mais qu’est-ce que vous faite ?! JAMAIS je ne vous vendrais du tabac, vous m’entendez ? Partez immédiatement ! ». Evidemment, il m’a juste dit :  « Ça fera 7,80 s’il vous plaît ». En vrai, je ne suis même pas sûre du prix. Encore un truc auquel je préfère ne pas penser. Eviter de réaliser la perte d’argent due au tabagisme, c’est beaucoup plus mature.

En allumant cette première cigarette, j’ai trouvé ça horrible. J’étais convaincue que je ne reprendrais pas, que j’étais bel et bien guérie de l’addiction. Je t’entends rire d’ici hein ! Moi aussi je ris un peu jaune (comme mes dents si je continue) en pensant à mon moi passé. J’aurai presque envie de la câliner. Ou de lui foutre un petit taquet derrière le crâne.

Car tu imagines bien que si je fais cet article c’est que j’ai replongé allègrement. 

Tout le monde a essayé de m’en dissuader bien sûr, arguant le temps passé sans cigarette. Que je n’en avais pas besoin puisque j’avais déjà réussi à m’en passer. Moi aussi, j’ai voulu convaincre mon cerveau avec ces arguments. Il me répondait à peu près à chaque fois : « On en reparle après que tu es grillée celle-ci ok? »

Mais jusqu’à maintenant, je trouvais tellement agréable d’avoir retrouvé ce geste rassurant. Ce geste lié à une période positive de ma vie.Oui, je fais un peu de la psychologie de comptoir pour me justifier. Laisse-moi tranquille. 

Sauf que c’est décidé, j’arrête. J’ai pris cette décision mercredi. Je me suis dit que je finissais mon paquet et hop, fini. Stop. Au revoir. Merci d’être revenu mais il faut partir maintenant.

Mon cerveau est revenu à la charge quelques heures après LA dernière. Et il m’a eu. On était le 1er mai et j’ai traversé la ville (j’en rajoute un peu pour le côté drama) pour trouver un tabac ouvert. Il me fallait une cigarette. Absolument.

Du coup je change de plan d’attaque. J’ai prévu d’aller m’acheter une nouvelle Berthe. Demain.

Une réponse à « J’arrête de fumer ! »

  1. Bonjour Justine
    J’ai beaucoup fumé, beaucoup essayé d’arrêter, et un jour, je l’ai rencontré. Elle était là, devant moi, elle est devenu ma compagne, puis, un peu plus tard, ma femme. Du jour de cette rencontre, le désir de fumer m’a totalement quitté, cela fait 10 ans déjà.
    Denis (alias LYDD.FR)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *